Accueil Cinéma Césars 2019: le triomphe de « Jusqu’à la garde »

Césars 2019: le triomphe de « Jusqu’à la garde »

0
0
56
slider_219_image

xavier-legrand-dont-le-film-jusqu-a-la-garde-sort-grand-vainqueur-des-cesar-2019-avec-quatre-prix-dont-le-meilleur-film-et-la-meilleure-actrice-pour-lea-
Xavier Legrand dont le film « Jusqu’à la garde » sort grand vainqueur des César 2019 avec quatre prix, dont le meilleur film et la meilleure actrice pour Léa Drucker, le 22 février 2019, à Paris
afp.com/Bertrand GUAY

Les violences conjugales étaient en haut de l’affiche, vendredi soir pour la cérémonie des Césars 2019. Jusqu’à la garde, premier long métrage de Xavier Legrand et film marquant sur un sujet de société difficile, a reçu quatre prix (pour dix nominations), dont la récompense suprême, le César du meilleur film, et celle pour la meilleure actrice, Léa Drucker.

Les César ont aussi récompensé à deux reprises le film Les Chatouilles d’Andréa Bescond et Eric Métayer sur la pédophilie, qui a reçu le prix de la meilleure adaptation et celui de la meilleure actrice dans un second rôle pour Karin Viard.

Le César de la meilleure réalisation est revenu à Jacques Audiard, qui a déjà remporté deux fois ce même trophée (pour De battre mon coeur s’est arrêté et Un prophète). Son western franco-américain Les Frères Sisters, son premier film entièrement en anglais, a également reçu plusieurs prix techniques, ceux des décors, du son et de la photo.

« Le Grand bain » quasi bredouille

C’est le bluffant Alex Lutz qui a été sacré meilleur acteur pour son rôle dans Guy qu’il a également réalisé et où il s’est vieilli de 30 ans pour incarner, méconnaissable, une ancienne gloire de la chanson.

Quant au Grand bain, autre favori de la soirée avec Jusqu’à la garde, il est reparti quasi bredouille avec un seul prix, le Meilleur second rôle masculin pour Philippe Katerine. La comédie sociale à succès de Gilles Lellouche avait pourtant aussi reçu 10 nominations.

Le début de la soirée a été marqué par la razzia de « Shéhérazade » de Jean-Bernard Marlin, histoire d’amour à Marseille entre un caïd et une jeune prostituée. Il a reçu le César du meilleur premier film, tandis que ses deux interprètes principaux, Kenza Fortas et Dylan Robert, ont été récompensés par ceux des meilleurs espoirs féminin et masculin.

Le palmarès complet

Meilleur film : Jusqu’à la garde de Xavier Legrand

Nommés également : La Douleur d’Emmanuel Finkiel

En Liberté de Pierre Salvadori

Les Frères Sisters de Jacques Audiard

Le Grand Bain de Gilles Lellouche

Guy d’Alex LutzPupille de Jeanne Herry

Meilleur réalisateur : Jacques Audiard pour Les Frères Sisters

Emmanuel Finkiel pour La Douleur

Pierre Salvadori pour En Liberté

Gilles Lellouche pour Le Grand Bain

Alex Lutz pour Guy

Xavier Legrand pour Jusqu’à la garde

Jeanne Herry pour Pupille

Meilleure actrice : Léa Drucker pour Jusqu’à la garde
Elodie Bouchez pour Pupille

Cécile de France pour Mademoiselle de Joncquières

Virginie Efira pour Un amour impossible

Adèle Haenel pour En Liberté

Sandrine Kiberlain pour Pupille

Mélanie Thierry pour La Douleur

Meilleur acteur : Alex Lutz pour Guy

Edouard Baer pour Mademoiselle de Joncquières

Romain Duris pour Nos batailles

Vincent Lacoste pour Amanda

Gilles Lellouche pour Pupille

Pio Marmaï pour En Liberté

Denis Ménochet pour Jusqu’à la garde

Meilleure actrice dans un second rôle : Karin Viard pour Les Chatouilles

Isabelle Adjani pour Le Monde est à toi

Leila Bekhti pour Le Grand Bain

Virginie Efira pour Le Grand Bain

Audrey Tautou pour En Liber

Meilleur acteur dans un second rôle : Philippe Katerine pour Le Grand Bain

Jean-Hugues Anglade pour Le Grand Bain

Damien Bonnard pour En Liberté

Clovis Cornillac pour Les Chatouilles

Denis Podalydès pour Plaire, aimer et courir vite

Meilleur espoir féminin : Kenza Fortas pour Shéhérazade de Jean-Bernard Marlin

Ophélie Bau pour Mektoub My Love d’Abdellatif Kechiche

Galatea Bellugi pour L’apparition de Xavier Giannoli

Jehnny Beth pour Un amour impossible

Lily Rose Depp pour L’homme fidèle de Louis Garrel

Meilleur espoir masculin : Dylan Robert pour Shéhérazade

Anthony Bajon pour La Prière

Karim Leklou pour Le Monde est à toi

Thomas Gioria pour Jusqu’à la garde

William Lebghil pour Première année

Meilleur premier film : Shéhérazade de Jean-Bernard Marlin

L’amour flou de Romane Bohringer et Philippe Rebbot

Les Chatouilles d’Andréa Bescond et Eric Métayer

Jusqu’à la garde de Xavier Legrand

Sauvage de Camille Vidal-Naquet

Meilleur documentaire : Ni juge ni soumise de Jean Libon et Yves Hinant

America de Claus Drexel

De chaque instant de Nicolas Philibert

Le Grand Bal de Laetitia Carton

Le procès contre Mandela de Nicolas Champeaux et Gilles Porte

Meilleur film étranger : Une affaire de famille de Hirokazu Kore-Eda

Capharnaüm de Nadine Labaki

Cold War de Pawel Pawlikowski

Hannah d’Andrea PallaoroGirl de Lukas Dhont

Nos Batailles de Guillaume Senez

Meilleur scénario original : Xavier Legrand pour Jusqu’à La Garde

Pierre Salvadori, Benoît Graffin, Benjamin Charbit pour En Liberté !

Gilles Lellouche, Ahmed Hamidi, Julien Lambroschini pour Le Grand Bain

Alex Lutz, Anaïs Deban, Thibault Segouin pour Guy

Jeanne Herry pour Pupille

Meilleure adaptation : Andréa Bescond et Eric Métayer pour Les Chatouilles

Emmanuel Finkiel pour La Douleur

Jacques Audiard et Thomas Bidegain pour Les Frères Sisters

Emmanuel Mouret pour Mademoiselle de Joncquières

Catherine Corsini et Laurette Polmanss pour Un amour impossible

slider_222_image

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Hubert ROUSSEAU
Charger d'autres écrits dans Cinéma

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Les plantes sauvages ont leur TEDx !

L’ortie est pour moi le meilleur légume qui soit, depuis bien longtemps. A chaque fo…