Accueil Art « Au bord de l’eau » avec TERRA BOTANICA

« Au bord de l’eau » avec TERRA BOTANICA

1
1
376
74-10

Dans le cadre de l’évènement « A voir – Les Thouarsais ont du talent », Terra Botanica a organisé avec l’association SEF Franco-Malgache, une exposition – concours photos sur le thème :

« Au bord de l’eau »

à l’Epicerie artistique de la rue St Médard à THOUARS

du 7 au 16 Juin 2019

Diaporama des 77 photos exposées :

Pour profiter pleinement du diaporama :

– Vous aurez le plein écran si vous cliquez sur le rectangle en bas à droite de la photo

– Vous pouvez interrompre le défilement des images en cliquant sur le triangle central en bas.

– Pour interrompre une pause cliquer sur les 2 traits verticaux en bas

– Il n’y a pas d’accompagnement musical.

Palmarès du concours :

Cliquer sur les photos et documents pour les agrandir.

01-77 002

02-23

03-40

04-72 001

La pêcherie des vignes

Cette photo (en-tête d’article) que j’ai eu plaisir à réaliser a suscité bon nombre de réactions, directes ou non, argumentées (« On ne voit même d’eau » – elle est mal placée ») ou non (« C’est une honte !! »). Certains, autour de moi, semblent affectés car ils sont gênés par la polémique….

La culture et les points de vue artistiques ne sont pas les valeurs les mieux partagées. Ce n’est pas nouveau : les oppositions, conservateurs et progressistes, utilitaristes et poètes, ont toujours existé. Rappelons-nous : la Tour Eiffel aurait pu être démolie après l’exposition universelle de Paris en 1889, le musée Georges Pompidou à Beaubourg a été taxé de « Raffinerie » en 77, la Pyramide de Peï au Louvre en 83 a fait couler beaucoup d’encre, etc, etc. Plus localement, l’appropriation de l’art contemporain par le public au château d’Oiron et à La Chapelle Jeanne d’Arc de Thouars, ne coule pas de source…

Je voudrais d’abord remercier l’artiste Corène CAUBEL, rencontrée par hasard lors de la visite de « DEPPATURE » à La Chapelle Jeanne d’Arc. Après un échange très agréable et constructif, elle m’a donné l’autorisation orale d’utiliser son œuvre. Jeune artiste certes mais aussi scientifique : elle est diplômée de l’Ecole Nationale du Paysage de VERSAILLES. Les notions de géologie qui ont fondé son œuvre font écho : oui le rivage de la mer du Jurassique, dans son versant parisien, était bien présente à THOUARS et a laissé de nombreuses traces : indices stratigraphiques et fossiles. Combien de Thouarsais ignorent encore que le stratotype du Toarcien défini par Alcide d’Orbigny, rend THOUARS mondialement connue.
En outre, Corène CAUBEL m’a conseillé de me rapprocher du SMVT, commanditaire de l’œuvre « Mythologie d’une plage – Imaginons un possible littoral ». Son Président Olivier CUBAUD a signé l’autorisation sans aucune difficulté, qu’il en soit remercié.

Nous rendions visite à Stéphane et Simon en Angleterre le 25 Mai lorsque l’inauguration du parcours artistique a été programmée. La presse locale en a rendu compte et je viens de lire un article fort intéressant de l’Echo de St Jean :

Parcours

https://www.lanouvellerepublique.fr/thouars/des-oeuvres-d-art-dans-la-vallee-du-thouet

https://www.lanouvellerepublique.fr/thouars/le-parcours-artistique-aura-la-mer-pour-thematique

https://www.lanouvellerepublique.fr/thouars/souvenirs-d-une-plage-promenade-en-bord-de-mer

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Hubert ROUSSEAU
Charger d'autres écrits dans Art

Un commentaire

  1. Danielle Nyoma

    5 juillet 2019 à 10 h 05 min

    Qui est le véritable artiste ? … la nature ou le/la photographe ? … En tout cas, la conjugaison des talents est du plus bel effet ! Bravo !
    Les titres, gentiment humoristiques et spirituels complètent parfaitement ces tableaux pleins de charme.

    Répondre

Laisser un commentaire