Accueil Cinéma Thouars : le Café des Arts lieu propice aux tournages

Thouars : le Café des Arts lieu propice aux tournages

0
0
143
2019-07-31_104338

Le vieux bistrot thouarsais avait accueilli l’équipe de “ Pleure pas la bouche pleine ” en 1972. Les gérants les ont fait revenir 45 ans après…

2019-07-31_104400

Les lieux frappent quiconque ose y pénétrer. A Thouars, le Café des Arts baigne dans son jus séculaire et rappelle immanquablement les bistrots d’antan. Très vite, le charme opère. « C’est pour ça que nous n’avons rien changé, tous comme les propriétaires qui se sont succédé », sourit Céline Bonnier, qui avec son mari Charly a acquis le bar-restaurant en 2016.

2019-07-31_104448

Bien d’autres, avant eux, s’étaient montrés sensibles à ce qu’ils avaient trouvé entre ces murs. Notamment le réalisateur Pascal Thomas qui, en 1972, y tourna quelques minutes de son deuxième long-métrage, « Pleure pas la bouche pleine ». « Quand on est arrivé, bon nombre de clients nous parlaient de ce film et de ce tournage. Alors, avec un peu d’aide, nous nous sommes dit qu’on allait faire revenir ici Pascal Thomas, avec Bernard Menez, premier rôle masculin », reprend la gérante.
Et, quarante-cinq ans après les faits, en mai 2017, le réalisateur et l’acteur principal ont accepté l’invitation et ont remis les pieds dans un des lieux du tournage. « En entrant, Pascal Thomas nous a dit que le café n’avait pas changé depuis l’époque du film », se souvient Céline Bonnier.
Dans le long-métrage, le Café des Arts apparaît quelques minutes à l’écran. D’abord lorsque Bernard Menez se gare devant. S’ensuit une scène dans les toilettes, sur la terrasse, et autour d’un baby-foot, où Alexandre, le personnage séducteur qu’il incarne, approche Annie et son amie, qu’il provoque autour d’une partie de baby-foot.
Et, comme pour replonger un peu plus leurs invités dans le passé, les propriétaires des lieux avaient leur idée bien précise. « Nous avions en tête de faire revivre le film et nous voulions leur faire jouer la mythique scène du baby-foot », explique Charly Bonnier. « J’ai rejoué l’une des deux filles. Et Bernard Menez aura beau dire ce qu’il voudra, c’est nous qui avons gagné la partie », s’amuse Céline Bonnier.
L’événement avait attiré du monde. « Mais surtout de l’ancienne génération », se remémore la gérante. Celle qui avait pu voir le film à sa sortie, et qui gardait, peut-être, en mémoire le tournage. L’occasion, également, de découvrir, grandeur nature, le caractère des deux célébrités. « Ils avaient été sympathiques. Je me souviens que Bernard Menez prenait le temps de discuter avec chaque personne qui lui adressait la parole », précise Céline Bonnier.
Le rendez-vous s’était poursuivi avec la projection du film dans le seul cinéma du coin capable de supporter la bobine d’époque : à Cerizay.

Une avant-première pour lancer 2019

> Vendredi 11 janvier à 20 h 30, le Familia et la ville de Thouars organisent une soirée de prestige pour démarrer l’année en fanfare. Le film « A cause des filles… ? », à la distribution prestigieuse (José Garcia, Frédéric Beigbeder, Marie-Josée Croze, Rossy de Palma, François Morel, Barbara Schulz, Bernard Menez…) sera en effet projeté en avant-première nationale, en présence de son réalisateur Pascal Thomas.
> Originaire de Saint-Chartres (Vienne), ce dernier a déjà tourné à plusieurs reprises dans le secteur. Notamment au Café des Arts à Thouars, au début des années 1970, pour des scènes du mythique « Pleure pas la bouche pleine », avec Jean Carmet, Daniel Ceccaldi et Bernard Menez. Ou plus récemment à Airvault, en 2009, pour « Ensemble, nous allons vivre une très, très belle histoire d’amour », avec Julien Doré et toujours Bernard Menez.
> Après un exercice 2018 mitigé (38.091 entrées contre 39.170 en 2017), Le Familia se veut plus optimiste pour cette dernière année pleine dans la salle de la place du Boël. « 2019 s’annonce bien, se réjouit Christophe Sallio. La salle était déjà presque pleine le 1er janvier pour le film “ Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon dieu ? ”. Et Disney s’apprête à sortir plusieurs grosses productions (Dumbo, le Roi Lion, Toy Story, Star Wars…) qui devraient faire le plein… ».

2019-07-31_104815

2019-07-31_104849

Le réalisateur Pascal Thomas, qui compte à son actif une vingtaine de longs métrages (« La Dilettante », « Mon petit doigt m’a dit »…), sera ce soir au cinéma Familia (20 h 30, tarif 6,80 €) pour échanger avec le public après la projection, en avant-première, de son nouveau film « A cause des filles… ? » (avec José Garcia, Bernard Menez, François Morel, Rossy De Palma, Frédéric Beigbeder…). Originaire de Saint-Chartres dans la Vienne, le septuagénaire a déjà tourné plusieurs fois dans la région. D’abord en 1973, pour le mythique « Pleure pas la bouche pleine » avec (entre autres) Jean Carmet et Bernard Menez, qui avaient notamment tourné au Café des Arts de Thouars. Puis plus récemment, en 2009 à Airvault, pour le tournage de « Ensemble, nous allons vivre une très, très belle histoire d’amour », avec Julien Doré et toujours Bernard Menez, son acteur fétiche.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Hubert ROUSSEAU
Charger d'autres écrits dans Cinéma

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Jean-Marie Ruiz, mascotte de la ville, s’en est allé

En consultant la Nouvelle République dans la rubrique « Parthenay » …