Accueil Environnement Langouët, petit village breton résistant aux pesticides !

Langouët, petit village breton résistant aux pesticides !

0
0
228
2019-08-19_224359

J’ai reçu ce message de Guillaume BODIN comportant une vidéo interview du Maire de Langouët et une invitation à signer une pétition destinée à la préfète d’Ile-et-Vilaine qui lui intime l’ordre de retirer son arrêté interdisant l’épandage de pesticides à moins de 150m des habitations sur sa commune.
L’affaire est sérieuse et Guillaume BODIN très crédible pour soutenir cette thèse. J’ai déjà vu en sa présence la projection de deux de ses réalisations : « Insecticides mon Amour! » à BOUCOEUR et « Zéro phyto, 100% Bio » à BORDEAUX.
Porté devant le Tribunal Administratif de RENNES, celui-ci se prononcera ce Jeudi 22 Août.

https://www.dahu.bio/actus/langouet-petit-village-breton-resistant-aux-pesticides?idU=2

Alors que la France est emprise aux lobbies de l’agrochimie, un petit village Breton résiste à l’envahisseur ! Après avoir interdit l’usage de pesticides sur la voie publique depuis 1999, après avoir passé la cantine au 100% bio et après avoir créé deux hameaux socio-écologiques, le maire du village vient d’interdire l’emploi de pesticides à moins de 150 mètres des habitations ! Cette décision provoque la colère de la préfète qui souhaite faire annuler l’arrêté municipal…

Un arrêté comme le mien, c’est un arrêté que je sentais comme obligatoire de faire. C’est à dire que ce n’était pas de ne pas le prendre dans la mesure où nous savons que l’état retarde sans cesse l’interdiction de ces pesticides de synthèse. On passe toujours ce sera dans 2 ans, dans 3 ans, etc… Et on n’en voit pas le bout très concrètement !

Daniel CUEFF, maire de Langouët

Pour Daniel CUEFF les pesticides ne sont pas des vitamines, il est donc anormal de retrouver du glyphosate dans l’urine de ses administrés à des taux allant de 4 à 30 fois les normes admises dans l’eau de consommation ! L’arrêté municipal privilégie l’agriculture biologique à proximité des habitations, plus lucratif, plus écologique et de plus en plus demandé, la bio n’a plus à se prouver !

Je vois ça comme une bonne chose parce que ça peut permettre aux agriculteurs conventionnels de se remettre en cause… Je pense qu’on commence à connaitre les conséquences de tout ce qui est produits chimiques donc je pense que ça peut aider à remettre en cause l’agriculture d’aujourd’hui.

Guillaume HOUITTE, agriculteur bio sur Langouët

Les cancers, les leucémies, les maladies de Parkinson… sont de plus en plus diagnistiqués en agriculture et un sondage IFOP montre que 96% des interviewés soutiennnent l’interdiction des pesticides à moins de 150 mètres des habitations ou des lieux de travail.

Il est grand temps, Madame la Préfète, de prendre les bonnes décisions !

Daniel CUEFF est convoqué au Tribunal de Rennes pour avoir interdit les pesticides sur sa commune, rendez-vous devant le Tribunal administratif de Rennes le jeudi 22 août à 9h30 ou laissez un message de soutien sur le site de Agir Pour l’Environnement

QUI SUIS-JE ?

J’étais ouvrier viticole sur des domaines en bio et en biodynamie avant de me lancer dans la réalisation de films documentaires ! Amoureux de la nature et épicurien, je me suis dit qu’il fallait faire ma part dans ce monde afin de sensibiliser le maximum de personne à la préservation de l’environnement et à une alimentation de qualité. J’ai déjà réalisé « La Clef des Terroirs » en 2010 qui explique le travail de vignerons en bio et en biodynamie, ainsi que « Insecticide Mon Amour » en 2015 qui parle du problème des traitements systématiques des vignes aux insecticides et dont l’affaire d’un vigneron (Emmanuel Giboulot) ayant refusé de traiter avait fait la une de la presse en 2014 ! J’ai créé ma propre petite structure de production de films pour être le plus indépendant possible : Dahu Production (Je suis savoyard… Pour ceux faisant le lien avec l’animal !). Cette structure est membre d’une Coopérative d’Activités et d’Emploi (CAE) annécienne exploitant sous la forme d’une Société Coopérative et Participative (SCOP) au nom d’Amétis. J’ai préféré intégrer une Coopérative d’Activités et d’Emploi plutôt que de créer ma propre structure car je pense qu’il devient urgent de faire de l’économie collaborative et ce système de la CAE exploitée sous la forme d’une SCOP répond à mes convictions en matière de partage.

À bientôt et merci à tous !

Guillaume Bodin

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Hubert ROUSSEAU
Charger d'autres écrits dans Environnement

Laisser un commentaire

Consulter aussi

« Les arbres sont notre seule issue »

Le photographe Raymond Depardon et l’ingénieure du son Claudine Nougaret étaient les…